23 mars 2021

360 Connectez avec Ablerdu Samuela Nakwor PDG d’Ella Cadie Jewelry

Par admin2020

À bien des égards, lancer une startup est une entreprise risquée. Un pourcentage énorme des petites entreprises survivent deux ans, mais il y a peu de chances que ces entreprises durent même cinq ans. On estime que seulement 20% des petites entreprises atteignent cinq ans.

Les raisons de l’échec des petites entreprises sont nombreuses. Parfois, les entrepreneurs se trompent tout simplement: ils démarrent la mauvaise entreprise pour leur région, ne parviennent pas à se connecter avec les acheteurs ou offrent un produit et un service vraiment de qualité inférieure. D’autres fois, le calcul ne fonctionne pas: il n’y a pas suffisamment de coussin de trésorerie, les prêts se tarissent et les bénéfices ne sont pas rentables comme prévu.

L’adage «Les gens ne prévoient pas d’échouer – ils ne planifient pas» est tout à fait vrai dans ce cas. Ce «Guide de démarrage des petites entreprises» est conçu pour vous donner un aperçu complet de toutes les étapes que vous devrez suivre pour planifier soigneusement vos cinq premières années – et au-delà.

Cela dit, aujourd’hui sur 360 connect, nous plongeons dans la vie d’Ablerdu Samuela Nakwor, une femme d’affaires polyvalente avec un BSc en comptabilité obtenu à l’Université Valley View.

À 31 ans, Mme Ablerdu, qui a laissé tomber son stylo en tant que banquière d’entreprise pour démarrer sa ligne d’affaires, partage avec nous ses aventures aventureuses.

Pourquoi faire des affaires?

J’adore vendre dès l’enfance, j’achèterais une boîte de Cerelac et je vendrais en morceaux à mes camarades de classe et je faisais des bénéfices, je me faufilais et suivais mes amis qui vendaient des produits alimentaires en porte à porte parce que cela m’excitait. J’étais un banquier d’entreprise mais j’ai quitté pour démarrer ma propre entreprise parce que j’ai toujours senti que je pouvais faire plus, j’aime l’aventure et les affaires sont une route aventureuse parce que vous ne savez jamais ce qui va se passer mais c’est ce voyage vers l’inconnu et les possibilités qui excitent moi. Bref, j’aime les affaires, ce que Dieu a mis en moi.

Qu’est-ce qui vous motive en tant qu’entrepreneur?

Je veux laisser une marque, je veux laisser un héritage, je veux que mon entreprise Ella Cadie soit un nom mondial, pas seulement une marque au Ghana mais une marque internationale. Et ce rêve est ce qui me motive, ce qui me fait avancer.

En quelle année avez-vous commencé votre premier secteur d’activité? Et le nom de votre entreprise / entreprise?

J’ai lancé ma première entreprise Ella Cadie, une bijouterie en décembre 2015. En ce moment, je dirais que c’est un nom familier en matière de bijoux et de montres.

J’ai élargi et nous avons présenté d’autres marques NAUGHTYCADIE qui est une ligne de lingerie, ELLA CADIE LUXURY qui vend des produits authentiques de luxe en provenance de Suisse, si Dieu le veut, notre nouvelle boutique, qui sera en plein air ces marques est presque terminée.

CADIE ‘SWISS FOODS propose également du riz authentique, des huiles et d’autres produits ménagers suisses.

J’ai également une entreprise de nettoyage, ROSERY CLEANING, qui s’occupe du nettoyage domestique et industriel.

Partagez avec moi vos expériences en tant qu’entrepreneur ou femme d’affaires? (Expériences positives et négatives en s’aventurant dans l’entreprise)

Je dirais que mes points positifs l’emportent sur mes négatifs, car dès le début des affaires, j’avais la ferme conviction que mon entreprise allait être un succès.

Étant une femme entrepreneur, je dirais que l’indépendance financière, faire ce que j’aime et savoir que j’ai des possibilités illimitées grâce au chemin que j’ai choisi pour moi-même sont quelques-unes des expériences positives.

Du côté négatif, certaines personnes sous-estiment toujours mes capacités, parfois quand je parle de mes ambitions, elles ont du mal à y croire. Mais mon oncle qui est mon mentor m’a pensé dès le début de mon entreprise pour toujours penser comme un homme qui a une famille à nourrir et je vais toujours me pousser plus fort.

Quelle est votre opinion sur l’autonomisation des femmes et votre contribution à l’autonomisation des femmes entrepreneurs?

Je pense que chaque femme devrait être autonomisée et une façon de devenir autonome est de travailler et d’être financièrement indépendante. cela sauve les femmes de beaucoup de relations et de situations inutiles, cela leur donne un sens du but et de la confiance en sachant qu’elles sont en charge de leurs affaires.

Ma contribution pour aider à l’autonomisation des femmes, en particulier les femmes entrepreneurs, est que j’ai créé ma page @ms_cadie sur Instagram où je publie du contenu et des vidéos sur l’entrepreneuriat. Je m’enregistre pour enseigner et encourager les jeunes femmes que c’est possible parce que je crois en l’autonomisation des femmes.

Qui admirez-vous en tant qu’entrepreneur ou magnat des affaires?

Je dirais que localement, j’admire mon oncle (MR OMANE GYAMFI) qui est un grand homme d’affaires et qui a dominé la plupart des parts de marché de Makola avec différentes entreprises.

À l’échelle internationale, j’admire DANA CHANEL qui, à 25 ans, est multimillionnaire et aide tant de femmes à se motiver avec ses innombrables entreprises comme une pincée de Jésus, curl Bible, etc. sa vision et ce qu’elle fait actuellement de sa vie m’intéresse beaucoup.

Vos conseils aux jeunes qui aspirent à devenir de grands entrepreneurs comme vous ?.

Je dirais, n’abandonnez pas, si vous abandonnez, vous ne pourrez jamais raconter votre histoire. Il y a toujours une théorie de cause à effet dans les ventes, si quelque chose ne fonctionne pas, découvrez pourquoi, au lieu de simplement jeter l’éponge.

Enfin, comme je le dis toujours, continuez à pousser et je vous verrai au sommet.

Croire en votre rêve et suivre votre passion est ce qui vous emmène, pour tirer le rideau sur cette incroyable conversation avec Mme Ablerdu également connue sous le nom d’Ella Cadie, je vais nous implorer de la suivre sur toutes les plateformes de médias sociaux.



Source by