10 juin 2021

Aucun indice boursier majeur n’est en passe d’atteindre l’objectif climatique de 2°C à Paris – voici quel marché est le plus chaud

Par admin2020

Les entreprises peuvent rechercher un coup de pouce marketing lorsqu’elles émettent des engagements climatiques, ou peut-être que certaines voient l’écriture sur le mur pour l’intensification des tempêtes et la montée des mers.

Mais collectivement, leurs actions laissent toujours les principaux indices boursiers dans lesquels les entreprises sont incluses fortement à la traîne lorsqu’il s’agit de ralentir le réchauffement climatique, selon un nouveau rapport.

Aucun indice boursier majeur n’est actuellement sur le point d’atteindre l’objectif largement utilisé de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels, et encore moins l’objectif plus agressif de 1,5 ° qui est de plus en plus poussé par les intérêts environnementaux.

En fait, quatre des sept indices boursiers mondiaux de l’enquête, dont le FTSE 100 UKX du Royaume-Uni,
-0,20 %
et américain S&P 500 SPX,
-0,18%,
sont sur des chemins de température de 3°C ou plus, selon l’initiative Cibles fondées sur la science, un effort du secteur privé qui aide les entreprises à établir des objectifs de réduction des émissions fondés sur la science.

Lis: Dow enregistre un troisième jour de pertes, le S&P 500 recule du record alors que les actions perdent du terrain avant la mise à jour de l’inflation

Un peu plus de 70 % des émissions du DAX 30 DAX allemand,
-0,38%
les entreprises sont couvertes par des objectifs scientifiques, ce qui se traduit par le meilleur indice de température de l’enquête de 2,2 °C.

Mais moins de 1 % de l’indice S&P/TSX 60 SPTSE canadien,
-0.41%
les entreprises sont couvertes par des SBT, ce qui se traduit par une cote de température de 3,1 °C, à égalité avec le FTSE 100.

Lis: Le projet de pipeline Keystone XL sabordé, une victoire majeure pour les écologistes

Les performances ont été jugées en fonction des ambitions climatiques actuelles des entreprises cotées sur les principales places boursières du Groupe des Sept plus grandes démocraties industrialisées : outre le FTSE 100, le S&P 500, le SPTSX 60 et le DAX 30, le FTSE MIB I945 italien ,
-0,26%,
Le PX1 français
+0.19%
et le japonais Nikkei 225 NIK,
+0.44%
ont été inclus dans le rapport.

Le rapport a été préparé par le CDP, un organisme à but non lucratif de suivi de la divulgation des changements climatiques et le Pacte mondial des Nations Unies, un groupe de pays qui s’alignent sur le changement climatique, la corruption, le travail et d’autres pratiques, au nom de la SBTi.

“Les entreprises du G-7 ont le potentiel de provoquer un” effet domino “de changement positif dans l’ensemble de l’économie mondiale”, a déclaré Lila Karbassi, responsable des programmes du Pacte mondial des Nations Unies et présidente du conseil d’administration de SBTi.

« Ce rapport souligne le besoin urgent pour les marchés et les investisseurs d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Alors que le G-7 se réunit cette semaine, les gouvernements doivent aller plus loin pour encourager la définition d’objectifs ambitieux basés sur la science », a-t-elle déclaré.

L’investissement passif représente actuellement environ 40 % des fonds américains et 20 % des fonds européens, mais les investisseurs passifs sont avertis que seulement 19 % des sociétés cotées dans ces sept principaux indices ont des objectifs climatiques alignés sur l’objectif de l’Accord de Paris maintenir la hausse de la température moyenne mondiale bien en deçà de 2 °C (3,6 °F) au-dessus des niveaux préindustriels.

Les ministres du G-7 responsables du climat et de l’environnement ont récemment exhorté les entreprises et les investisseurs à aligner leurs portefeuilles sur les objectifs de l’Accord de Paris et à fixer des objectifs de zéro net fondés sur la science d’ici 2050 au plus tard. Les États-Unis se sont fixé un tel objectif et souhaitent une réduction de 50 % d’ici 2030.

Le S&P 500 est en hausse de plus de 12 % depuis le début de l’année et de plus de 32 % au cours de la dernière année. Seulement 3% de ses avoirs sont du pétrole et du gaz. Le fonds pétrolier américain USO,
-0,63 %
a un rendement total quotidien depuis le début de l’année de 42 %.



Source by