15 septembre 2021

Bord inférieur des actions européennes ; Les données chinoises et les ventes de H&M pèsent par Investing.com

Par admin2020

© Reuters.

Par Peter Infirmière

Investing.com – Les marchés boursiers européens ont légèrement baissé mercredi, les données chinoises faibles et les ventes décevantes de H&M suscitant des inquiétudes quant à la reprise économique mondiale.

À 03h35 HE (07h35 GMT), l’Allemagne s’échangeait en baisse de 0,1%, la France a chuté de 0,1% et celle du Royaume-Uni a chuté de 0,1%.

Le géant suédois du vêtement Hennes & Mauritz (ST :), le deuxième plus grand détaillant de mode au monde, a annoncé mercredi une croissance des ventes décevante par rapport à il y a un an au cours des trois mois jusqu’en août, faisant baisser son stock de 3%.

“Les blocages et les restrictions ont continué d’entraver le développement, en particulier en Asie. Cependant, à mesure que les restrictions ont été assouplies, les ventes en magasin ont augmenté sur de nombreux marchés tandis que les ventes en ligne ont continué d’augmenter”, a déclaré H&M dans un communiqué.

Les nouvelles étaient plus encourageantes à Index (MC:), propriétaire de la chaîne Zara et du plus grand groupe de mode au monde, les ventes du conglomérat espagnol étant supérieures de 2 % aux niveaux d’avant la pandémie de 2019. Son action a augmenté de 0,3%.

Plus tôt mercredi, des données en provenance de Chine suggéraient que la deuxième économie mondiale et le principal moteur de la croissance régionale avaient atteint un ralentisseur en août grâce aux épidémies de Covid-19 et aux ruptures d’approvisionnement.

a augmenté de 2,5% en glissement annuel, une forte baisse par rapport à la croissance de 8,5% de juillet et au rythme le plus lent depuis août 2020, tandis qu’il a augmenté de 5,3% en glissement annuel, son rythme le plus faible depuis juillet 2020.

De retour en Europe, le Royaume-Uni a augmenté de 3,2% sur l’année en août, une forte hausse par rapport aux 2,0% de juillet, le taux le plus élevé depuis mars 2012, tandis que le mois d’août français a été confirmé à 1,9%. Aucun des deux ensembles de chiffres n’incluait la flambée des prix de l’énergie qui s’est produite en septembre, qui a atteint de nouveaux sommets au Royaume-Uni mercredi alors qu’un câble d’interconnexion clé acheminant l’électricité depuis la France a été mis hors ligne par un incendie.

Il existe également des chiffres sur l’inflation à partir de mercredi plus tard, ainsi que les chiffres de juillet de la zone euro.

Tout cela fait suite à la publication mardi d’une hausse plus faible que prévu de l’inflation américaine pour le mois d’août, créant plus d’incertitude sur le calendrier de la réduction des achats d’actifs par la Fed.

Les prix du brut se sont raffermis mercredi, stimulés par une baisse des stocks plus importante que prévu, associée aux attentes d’une reprise substantielle de la demande alors que les pays maîtrisent la récente épidémie de Covid-19.

Les données sur l’approvisionnement en pétrole brut du , publiées mardi soir, ont montré un tirage considérable de 5,4 millions de barils la semaine dernière, après que l’ouragan Ida a fermé de nombreuses raffineries et la production de forage offshore.

Les investisseurs attendent maintenant les données sur l’offre de pétrole brut des États-Unis, attendues plus tard dans la journée, pour confirmation.

De plus, l’Agence internationale de l’énergie a prédit mardi que le déploiement du vaccin Covid-19 pourrait entraîner un rebond économique, entraînant une forte augmentation de la demande de 1,6 million de barils par jour le mois prochain, avec une croissance continue jusqu’à la fin de l’année.

À 3 h 35 HE, les contrats à terme sur le brut américain s’échangeaient de 1% à 71,19 $ le baril, tandis que le contrat a augmenté de 1% à 74,31 $.

De plus, il a chuté de 0,2% à 1 802,70 $/oz, alors qu’il s’échangeait 0,1% plus haut à 1,1817.




Source by