5 mai 2021

Bourse: 3 façons d’investir dans l’industrie de l’eau

Par admin2020
Top Four - Argent - GPape

L’investissement dans l’eau peut offrir un potentiel de croissance lent mais régulier et un flux de trésorerie respectable. Photo: Andrew Nguyen / EyeEm / GettyImages

La gestion de l’eau n’est pas un sujet très passionnant. À moins qu’un étang d’eaux usées toxiques ne déborde ou que l’eau potable d’une ville ne soit contaminée, nous n’entendons pas beaucoup parler de faire entrer l’eau potable dans nos maisons ou de l’enlever.

En fait, c’est une entreprise énorme et en croissance à un taux constant de 6,5% par an, selon un rapport publié l’année dernière par Meticulous Research, basé à Londres. Dans ce document, la société britannique estime que le marché mondial du traitement de l’eau et des eaux usées pourrait valoir 211,3 milliards de dollars d’ici 2025.

«La demande mondiale croissante en eau propre, les questions réglementaires plus strictes et les préoccupations environnementales croissantes rendent les systèmes de traitement de l’eau et des eaux usées plus pertinents que jamais», indique le rapport. «La croissance démographique et l’urbanisation rapides, la demande croissante de nouvelles ressources en eau, l’attention croissante portée à la qualité de l’eau et à la santé publique, la prévalence croissante des maladies d’origine hydrique, l’augmentation de la demande industrielle et les réglementations gouvernementales strictes sur le traitement des eaux usées contribuent également à la croissance de ce marché. . En outre, une concentration croissante sur le traitement des eaux usées dans des pays comme les États-Unis, la Chine et l’Inde; et l’eau potable pour les petites communautés offrent d’importantes opportunités sur ce marché. »

Le rapport poursuit en notant que «le coût élevé de l’équipement, des opérations et de l’élimination entrave dans une certaine mesure la croissance de ce marché. En outre, le vieillissement des infrastructures hydrauliques, la consommation d’énergie excessive et la hausse des dépenses due à la production excessive de boues sont quelques-uns des défis majeurs sur le marché global du traitement de l’eau et des eaux usées. »

Malgré les obstacles, quelques investisseurs ont découvert que l’investissement dans l’eau peut offrir un potentiel de croissance lent mais régulier et un flux de trésorerie respectable. Mais la plupart ignorent le secteur ou n’y sont exposés que par le biais d’un fonds d’infrastructure.

Voici trois façons d’investir dans l’industrie de l’eau.

Xylem Inc. (NYSE: XYL). Xylem est basé à Rye Brook, New York. C’est l’un des principaux fournisseurs mondiaux de technologie de l’eau, permettant aux clients de transporter, traiter, tester et utiliser efficacement l’eau dans les services publics, les services de construction résidentiels et commerciaux, ainsi que dans les environnements industriels et agricoles. Elle fabrique des pompes et des systèmes de contrôle utilisés dans la gestion des eaux usées et la collecte et la distribution d’eau potable. Il propose également des compteurs intelligents, des technologies de réseau et des analyses de données avancées pour les services publics d’eau, de gaz et d’électricité. Xylem exerce ses activités dans plus de 150 pays.

L’action a été très performante au cours de la dernière année, doublant presque de son creux de 52 semaines à 56,63 $ (chiffres en dollars américains) pour clôturer vendredi à 108,64 $. L’action a été recommandée pour la première fois dans ma newsletter Internet Wealth Builder en mai 2015 à 37,14 $.

Les résultats financiers de la société pour le quatrième trimestre et l’exercice 2020 ont dépassé les attentes, malgré l’impact économique de la pandémie. Le chiffre d’affaires du dernier trimestre était de 1,37 milliard de dollars, légèrement supérieur à celui de la même période en 2019. Le bénéfice net était de 148 millions de dollars (0,82 dollar par action) comparativement à 118 millions de dollars (0,65 dollar par action) au même trimestre de 2019.

Pour l’ensemble de l’année, Xylem a déclaré un chiffre d’affaires de près de 4,9 milliards de dollars, contre 5,2 milliards de dollars en 2019. Le bénéfice net était de 254 millions de dollars (1,40 dollar par action), contre 401 millions de dollars (2,21 dollars par action) l’année précédente.

La société a annoncé une augmentation de 8 pour cent du dividende trimestriel, le 10e année consécutive, il a augmenté ses paiements. Le nouveau taux est de 0,28 $ l’action (1,12 $ par année) pour un rendement de 1%.

Xylem prévoit une bonne année en 2021, avec des revenus en hausse de 6 à 8% pour se situer entre 5,16 et 5,26 milliards de dollars. Il prévoit un bénéfice ajusté par action compris entre 2,35 $ et 2,60 $.

American Water Works Company (NYSE: AWK). Cette société, dont l’histoire remonte à 1886, est le plus grand et le plus diversifié géographiquement des services publics d’eau et d’eaux usées des États-Unis. Elle emploie plus de 7 000 personnes qui fournissent de l’eau potable, des eaux usées et d’autres services connexes réglementés et basés sur le marché à plus de 15 millions de consommateurs dans 46 États.

L’activité implique la propriété de services publics d’eau et de traitement des eaux usées qui fournissent des services aux clients résidentiels, commerciaux et industriels, traitant et livrant plus d’un milliard de gallons d’eau par jour.

Le titre a connu une année agitée, mais la tendance générale est à la hausse. Les actions ne sont pas tombées en dessous de 100 $, même lors de la chute du marché de mars 2020. Elles ont clôturé vendredi à 160,12 $.

Les résultats du quatrième trimestre et de fin d’année pour 2020 ont été impressionnants. Les revenus d’exploitation pour le dernier trimestre ont été de 923 millions de dollars, contre 902 millions de dollars l’année précédente. Le bénéfice net attribuable aux porteurs d’actions ordinaires s’est établi à 145 millions de dollars (0,80 $ par action, après dilution), une forte augmentation par rapport aux 98 millions de dollars (0,54 $ par action).

Pour l’année entière, AWK a déclaré un chiffre d’affaires de près de 3,8 milliards de dollars, contre environ 3,6 milliards de dollars l’année précédente. Le bénéfice net s’est établi à 709 milliards de dollars (3,91 dollars par action), contre 621 millions de dollars (3,43 dollars par action) en 2019.

La société prévoit un bénéfice par action 2021 de 4,18 USD à 4,28 USD et un taux de croissance annuel composé sur cinq ans de 7 à 10%.

L’action verse un dividende trimestriel de 0,55 $ par action (2,20 $ par an) pour un rendement de 1,4 pour cent.

Fonds iShares S&P Global Water Index (TSX: CWW). Si vous préférez placer votre argent dans un fonds diversifié plutôt que dans des actions individuelles, c’est un bon choix. Il a été recommandé dans mon bulletin d’information Income Investor en juillet 2013 à 19,65 $. Les unités ont fermé vendredi à 48,70 $. (Les chiffres ici sont en monnaie canadienne.)

Cet ETF offre une exposition à 50 sociétés des marchés développés sur la base de leur importance relative dans l’industrie mondiale de l’eau. Il s’agit notamment des services d’eau, des sociétés d’infrastructure et de ceux impliqués dans la fabrication et la distribution d’équipements. Environ la moitié du portefeuille est investie dans des sociétés américaines. Le Royaume-Uni représente 13,2%, la France 9% et la Suisse 7,4%. Le Canada représente 3,6% du total des investissements.

Les deux principales sociétés du portefeuille sont celles mentionnées ci-dessus: Xylem (9,3%) et American Water Works (8,4%). Le groupe français Veolia (5,4%), Pentair (5%) et Halma PLC (4,7%), basé au Royaume-Uni, complètent ce classement.

Le fonds a été très performant. Le rendement sur un an au 31 mars était de 31,8% et le taux de rendement composé annuel moyen sur 10 ans était de 13,4%. Depuis notre recommandation initiale en 2013, nous avons un gain en capital de 148%, plus les distributions.

Ces distributions sont versées trimestriellement et le montant varie considérablement. Le paiement des 12 derniers mois à la fin du mois de mars était de 0,594 $ pour un rendement de 1,2 pour cent au prix actuel.

Le fonds a été lancé en juin 2007 et compte environ 277 millions de dollars d’actifs sous gestion. Le ratio des frais de gestion est plutôt élevé à 0,66%, mais le rendement élevé en vaut la peine.

Je les considère comme des titres à risque relativement faible, adaptés à des portefeuilles prudents.

Gordon Pape est rédacteur et éditeur des newsletters Internet Wealth Builder et Income Investor. Pour plus d’informations et de détails sur la façon de vous abonner, rendez-vous sur www.buildingwealth.ca.

EN RELATION:

Stocks: combien de temps le marché haussier durera-t-il?

Marché boursier: comment passer à l’investissement de valeur dans un marché surchauffé



Source by