19 février 2021

Boussard & Gavaudan Investment Management LLP: Formulaire 8.3

Par admin2020

TipRanks

JP Morgan dit que ces 3 actions d’or pourraient augmenter de 40% (ou plus)

Parlons d’or. Le métal précieux est l’investissement traditionnel de valeur refuge, soutenu par son utilisation – depuis 5000 ans – comme réserve de valeur fiable. Les investisseurs cherchant à protéger leur portefeuille et à sécuriser leur richesse achetaient traditionnellement massivement en or, et le prix de l’or a parfois été utilisé comme indicateur (quoique inversé) de la santé économique générale. Dans un rapport récent, la société d’investissement JP Morgan a longuement examiné l’état de l’industrie aurifère – en particulier, l’industrie minière de l’or. L’analyste Tyler Langton souligne un paradoxe sous-jacent dans deux faits fondamentaux sur les mines d’or. «Au fil du temps, dans une entreprise de matières premières, les producteurs aux coûts les plus bas avec les actifs à durée de vie la plus longue ont tendance à être les gagnants relatifs… Les mines d’or, comparées aux métaux de base, ont généralement une durée de vie bien plus courte (sic), et les mineurs d’or doivent se concentrer sur le remplacement des réserves pour maintenir les niveaux de production », a noté M. Langton. À première vue, le paradoxe de Langton peut sembler s’éloigner des investissements lourds dans les mines d’or. Après tout, ce sont des producteurs de matières premières à haut risque. Mais les temps actuels sont en fait plutôt bons pour les mineurs d’or. Les prix sont élevés par rapport aux dernières années; le métal coûte maintenant un peu moins de 1800 dollars l’once, mais il a culminé au-dessus de 2000 dollars en août de l’année dernière, au plus fort des arrêts de corona, et il était aussi bas que 1200 dollars il y a à peine 18 mois. Les prix élevés actuels sont de bon augure pour les producteurs. Langton affirme qu’il existe un soutien pour les prix actuels, les mines d’or et d’or étant considérées comme une couverture contre «l’incertitude macro». Il estime que les principales sources de soutien se trouveront dans «les taux d’intérêt réels qui restent plus bas plus longtemps et les mesures de relance liées au COVID-19 continuent d’élargir les bilans des banques centrales». Avec cela en arrière-plan, Langton et ses collègues ont commencé à sélectionner les actions minières aurifères qu’ils considèrent comme gagnantes dans l’environnement actuel. Sans surprise, ils aiment les entreprises qui font preuve de discipline dans les activités de fusions et acquisitions, qui mettent l’accent sur les flux de trésorerie disponibles et de solides rendements pour les actionnaires. En utilisant la base de données TipRanks, nous avons récupéré les détails de plusieurs de leurs choix récents. Sont-ils aussi bons que l’or? Les analystes semblent le penser; tous sont notés Buy et offrent potentiellement un avantage significatif. Allons-y. Kinross Gold Corporation (KGC) Tout d’abord, Kinross Gold est une société de moyenne capitalisation – évaluée à 8,6 milliards de dollars – avec des opérations minières actives aux États-Unis, au Brésil, en Afrique de l’Ouest et en Russie. Ensemble, ces opérations ont des réserves d’or prouvées et probables de 29,9 millions d’onces. La société se dirige vers 2,4 millions d’onces de production totale pour 2021, passant à 2,9 millions d’onces d’ici 2023. La rentabilité de l’entreprise se traduit par le coût des ventes par once, à 790 $, et le coût de maintien tout compris, à 1025 $ l’once. . Avec l’or actuellement vendu à 1 782 $ sur les bourses de matières premières, le succès à court terme de Kinross est clair. Deux ensembles de statistiques mettent en évidence la rentabilité de Kinross. Premièrement, le récent record de résultats trimestriels de la société montre une augmentation constante des revenus et des bénéfices. Mis à part une baisse au 1T20, au début de la crise corona, les revenus de Kinross ont augmenté régulièrement depuis le début de 2019 – et même en 2020, chaque trimestre a affiché une augmentation d’une année à l’autre. Après 7 ans sans paiement de dividende, Kinross a profité de sa solide performance des derniers mois pour restaurer le dividende de l’entreprise. Les paiements sont toujours effectués de manière irrégulière, mais depuis l’annonce en septembre 2020 du rétablissement du dividende, deux paiements ont été effectués et un troisième a été annoncé pour mars de cette année. Chaque paiement a été de 3 cents par action, ce qui se traduit par un rendement modeste de 1,6%. Le point clé ici n’est pas la solidité du rendement, mais plutôt la confiance dont la direction a fait preuve à court et moyen terme en relançant les paiements de dividendes. Sur la base des projections de production actuelles, les paiements devraient se poursuivre jusqu’en 2023. Tyler Langton, dans ses notes sur Kinross, arrive à une conclusion haussière: «Compte tenu de ses projets de croissance attendus et de son pipeline de projets supplémentaires, nous pensons que Kinross sera en mesure de maintenir production annuelle moyenne de 2,5 mm oz. au cours de la prochaine décennie. L’entreprise a un profil de coûts attrayant et nous prévoyons une diminution des coûts au cours des prochaines années. La société devrait également générer des niveaux élevés et attractifs de FCF aux prix de l’or actuels, et nous nous attendons à ce que Kinross oriente ces liquidités vers des projets de croissance interne et son dividende. Conformément à ces commentaires, il sélectionne Kinross comme «premier choix de JPM dans le secteur aurifère» et évalue l’action comme surpondérée (c’est-à-dire un achat). Son objectif de prix de 11 $ suggère un potentiel de hausse de 61% dans l’année à venir. (Pour regarder les antécédents de Langton, cliquez ici) Kinross obtient une recommandation Strong Buy du consensus des analystes, basée sur une répartition de 6 à 2 entre les revues d’achat et de conservation. Les analystes de Wall Street ont fixé un objectif de prix moyen de 11,25 $, légèrement plus haussier que celui de Langton, et impliquant une hausse d’un an de 64% par rapport au cours actuel de 6,85 $. (Voir l’analyse des actions de KGC sur TipRanks) SSR Mining, Inc. (SSRM) En allant vers le nord au Canada, nous examinons maintenant SSR Mining, basé à Vancouver. Il s’agit d’une autre société minière à moyenne capitalisation, produisant de l’or et de l’argent en quantité dans quatre mines actives au Canada, aux États-Unis, en Argentine et en Turquie. Les opérations canadiennes, américaines et turques produisent principalement de l’or, tandis que l’exploitation de Puna est la plus grande mine d’argent d’Argentine. Bien que SSR ait manqué à la fois les estimations du haut et du bas de son dernier rapport trimestriel, pour les chiffres de production pour l’année 2020, la société a respecté les prévisions précédemment fixées. La production d’or pour l’année a atteint 643 000 onces, dont 31% au quatrième trimestre. La production d’argent à la mine Puna a atteint 5,6 millions d’onces, dépassant les chiffres indicatifs. La production du quatrième trimestre représentait 39% du total. En novembre dernier, la société a annoncé qu’elle entamerait une politique de dividende à partir du 1T21. Le «dividende de base» sera fixé à 5 cents par action, soit un rendement de 1%; comme avec KGC ci-dessus, le point clé n’est pas de savoir si le dividende est élevé ou faible, mais que la direction commence à le verser – signe de confiance dans l’avenir. Langton fonde son évaluation du SSRM sur sa forte prévision de flux de trésorerie disponible, en écrivant: «Aux prix à terme actuels de l’or, nous estimons que le SSR générera près de 400 mm de FCF en 2021 et environ 500 mm par an de 2022 à 2024. De plus, à partir d’une base 2021, nous prévoyons que le SSR générerait FCF cumulé de 2021-2025 de 2,3 milliards de dollars US, soit environ 59% de sa capitalisation boursière actuelle… »Dans la lignée de ses commentaires, Langton met une surpondération (c’est-à-dire acheter) note sur le stock, avec un objectif de prix de 24 $ qui indique une hausse de 60% pour les 12 prochains mois. (Pour regarder les antécédents de Langton, cliquez ici) Il y a 8 revues récentes sur les actions SSRM – et chacune d’entre elles est un achat, ce qui rend la note de consensus des analystes Strong Buy ici unanime. L’action se vend à 15,25 $ et son objectif de cours moyen robuste de 28,78 $ suggère une hausse élevée de 89% sur un an. (Voir l’analyse boursière SSRM sur TipRanks) Newmont Mining (NEM) Dernier sur la liste, Newmont, est le plus grand mineur d’or au monde, avec une capitalisation boursière de 45,78 milliards de dollars et une production active dans une variété de métaux, y compris l’or, l’argent, le cuivre, le zinc et le plomb. La société possède des actifs – à la fois des opérations et des prospects – en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique et en Australie, et est le seul mineur d’or coté sur le S&P 500. Avec ce dernier détail à l’esprit, il convient de noter que les actions de NEM ont augmenté de 29% au cours des 12 derniers mois – plus que le gain de 16% du S&P sur la même période. Au 3T20, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 3,12 milliards de dollars. Bien que cela ait manqué les prévisions, il s’est amélioré de 5,4% par rapport au troisième trimestre de l’année précédente. Les résultats du troisième trimestre ont également été un record pour l’entreprise, avec un flux de trésorerie disponible de 1,3 milliard de dollars. Des résultats inférieurs aux attentes étaient également un modèle courant pour les performances de la société en 2020 au premier et au deuxième trimestre. La crise corona a déprimé les résultats, mais même les résultats déprimés étaient en hausse d’une année à l’autre. Newmont a un programme actif de restitution du capital pour les actionnaires. Depuis le début de 2019, la société a utilisé à la fois des dividendes et des rachats d’actions pour restituer du capital aux parties prenantes, à hauteur de 2,7 milliards de dollars. En janvier dernier, Newmont a annoncé une poursuite de 1 milliard de dollars des rachats d’actions. Pour 2021, la société a également annoncé un nouveau cadre de dividende, fixant le paiement de base à 1 USD par action annualisé, et a réitéré son engagement en faveur du rendement du capital. Michael Glick, de JPM, a dirigé la note sur Newmont, en commençant par reconnaître la forte production de la société: «Nous prévoyons que la production d’or attribuable à NEM restera relativement stable au cours de la période 2021-2025, à environ 6,5 à 6,7 mm oz …» perspectives de production à terme Glick a poursuivi en déclarant: «En termes de production, l’expansion en cours à Tanami devrait permettre une production supplémentaire et une réduction des coûts décaissés à partir de 2023. De plus, nous prévoyons que Newmont approuvera ses projets Ahafo North et Yanacocha Sulfides cette année, ce qui devrait entraîner une production supplémentaire pour l’entreprise après l’échéance de développement d’environ trois ans des projets. » Glick aime le FCF et les chiffres de production de Newmont, les utilisant pour soutenir sa cote de surpoids (achat). Son objectif de prix de 83 $ implique une hausse de 46% pour les mois à venir. (Pour regarder les antécédents de Glick, cliquez ici) Newmont, malgré toute sa force, obtient toujours une note d’achat modéré du consensus des analystes. Ceci est basé sur 8 avis, dont 5 achats et 3 prises. L’objectif de prix moyen est de 74,97 $, ce qui suggère une marge de croissance de 31% par rapport au cours actuel de 56,99 $. (Voir l’analyse boursière NEM sur TipRanks) Pour trouver de bonnes idées pour les actions aurifères négociées à des valorisations attrayantes, visitez les meilleures actions à acheter de TipRanks, un outil nouvellement lancé qui réunit toutes les informations sur les actions de TipRanks. Avertissement: Les opinions exprimées dans cet article sont uniquement celles des analystes en vedette. Le contenu est destiné à être utilisé à des fins d’information uniquement. Il est très important de faire votre propre analyse avant de faire tout investissement.



Source by