20 mai 2021

Comment gérer les baisses postérieures aux bénéfices dans votre portefeuille d’actions

Par admin2020

Lorsque la saison des bénéfices arrive, la volatilité l’accompagne souvent. Il est important de vous mettre dans le bon état d’esprit pour faire face aux fluctuations de prix. Dans ce Imbécile en direct Clip vidéo, enregistré le 3 mai, Contributeur Fool.com Matt Frankel, CFP, et Focus sur l’industrie l’hôte Jason Moser vous a couvert.

Jason Moser: Question ici de Siobhan. C’est une bonne question parce que c’est une question plus large, mais c’est une question que nous recevons de temps en temps et dont nous parlons beaucoup parce que vous ne pouvez pas tout comprendre, mais Siobhan a demandé: “ J’ai une question générale . Pourquoi les actions baissent-elles après les bénéfices? Est-ce l’institution qui pompe et décharge en même temps et qui retire les bénéfices du prochain jour de négociation? Essaient-ils de créer une peur de passer à côté? Par example, Pomme battre leurs gains, Amazone battre leurs gains. ”

Matt, on voit ça de temps en temps. Un accompagnement gouttes, un excellent rapport trimestriel. Les chiffres sont tout simplement époustouflants, puis vous voyez le stock baisser le lendemain. Il peut parfois y avoir une explication à cela et parfois non. Je ne sais pas, qu’en pensez-vous?

Matt Frankel: C’est une chose vraiment difficile à généraliser. Souvent, vous devez vraiment fouiller dans le rapport sur les bénéfices d’une entreprise pour comprendre pourquoi il augmente ou diminue. AmEx (NYSE: AXP) était un excellent exemple dont nous venons de parler. L’action a baissé après les bénéfices, même si en surface, elle a l’air géniale, mais leur chiffre d’affaires était blanc. Le PDG a fait quelques commentaires sur le fait que les voyages et les divertissements étaient encore assez faibles. L’essentiel est qu’il existe littéralement des centaines de facteurs différents qui peuvent faire évoluer une action après les bénéfices. Il y en a beaucoup. Si une action baisse après les bénéfices et que je ne vois rien de vraiment mal dans le rapport du point de vue des investisseurs à long terme, j’ai tendance à le considérer comme une opportunité d’achat. Lorsque AmEx a baissé après les bénéfices, j’ai pensé que c’était une opportunité d’achat.

Moser: Oui.

Frankel: Chaque fois que l’une de mes actions préférées manque cela et diminue par la suite, ou mieux encore, rédigez un excellent rapport et descendez. Je pense qu’Apple est apparu juste après les résultats, mais a immédiatement piqué du nez.

Moser: Vous achetez la trempette.

Frankel: Ouais, achetez définitivement la trempette, si rien n’a changé dans une perspective à long terme.

Moser: Oui.

Frankel: Si le marché s’attendait à un chiffre d’affaires de 50 milliards de dollars l’année prochaine et qu’il prévoyait 49,5 dollars et que le stock diminue, c’est une opportunité d’achat.

Moser: Oui. L’investissement, c’est l’avenir. Vous avez quelque chose dans un appel où les analystes ou les investisseurs peuvent pinailler et dire, au cours du prochain trimestre ou de l’année prochaine, cette société va dépenser plus que ce que nous pensions qu’elle allait dépenser et que les marges le seront. impacté par cela. C’est vraiment l’approche à court terme par rapport à long terme. C’est la différence entre les deux. Ce n’est pas toujours facile à repérer, à expliquer ou à rationaliser, mais c’est pourquoi nous investissons comme nous le faisons. Parce que généralement, quand vous parlez de bonnes entreprises, un quart ne fait pas ou ne détruit pas une bonne entreprise. Souvent, même si une entreprise veut, par exemple, dire qu’elle va investir beaucoup au cours de l’année prochaine, si cet investissement est destiné à soutenir une croissance durable et significative du chiffre d’affaires, cet investissement en fin de compte s’arrêtera. Vous serez en mesure de réaliser davantage sur le résultat net lorsque cet investissement s’arrêtera. Mais si cela se traduit par une croissance durable et significative du chiffre d’affaires, cela en vaudra généralement la peine, à condition qu’ils soient capables de retirer cet investissement et de réaliser ces économies jusqu’au résultat final. C’est juste une question de prendre cette vue à plus long terme, si vous pouvez garder cette patience.

Apple et Amazon, deux très bons exemples là-dedans, ayant traversé ces deux trimestres. Ce sera maintenant le premier jour où ils ont été stellaires, à presque tous les égards. Mais vous prenez en considération le fait qu’ils sortent de quelque chose de comparable fou ici avec l’année dernière. Vous avez Jeff Bezos, par exemple, il entre dans ce qui est son dernier trimestre, je pense qu’en tant que PDG de l’entreprise, Apple, vont-ils réaliser les mêmes vents de l’iPhone qu’ils ont compris dans le passé. Juste toutes sortes de questions qui sont posées aux investisseurs à court terme, ce qui ne nous dérange pas forcément autant. C’est pourquoi vous vous concentrez sur l’entreprise et non sur les réactions après les heures normales, car ce sont deux choses très différentes.

Cet article représente l’opinion de l’écrivain, qui peut être en désaccord avec la position de recommandation «officielle» d’un service de conseil haut de gamme Motley Fool. Nous sommes hétéroclites! Remettre en question une thèse d’investissement – même l’une des nôtres – nous aide tous à réfléchir de manière critique à l’investissement et à prendre des décisions qui nous aident à devenir plus intelligents, plus heureux et plus riches.




Source by