25 mars 2021

L’ASIC publie son consentement aux frais de conseil et le manque d’instruments législatifs de divulgation d’indépendance

Par admin2020

L’ASIC a élaboré trois instruments législatifs qui traitent des consentements aux frais de conseil et de la divulgation d’indépendance à la suite de la sanction royale du Loi de 2021 sur la réforme du secteur financier (réponse n ° 2 de la Commission royale de Hayne) (la Loi) plus tôt ce mois-ci.

La loi a été adoptée par le Parlement pour donner effet aux recommandations de la Commission royale d’enquête sur les services financiers (Commission royale) (voir Contexte). Il prévoit que l’ASIC élabore des instruments législatifs fixant les exigences pour:

  • le consentement écrit qu’un bénéficiaire de frais doit obtenir d’un client avant de déduire, ou de prendre des dispositions pour déduire, des frais de conseil d’un compte client dans le cadre d’une entente de frais en cours (recommandation 2.1);
  • la divulgation du manque d’indépendance qu’un titulaire de licence ou un représentant autorisé de Australian Financial Services (AFS) doit donner aux clients lorsqu’ils enfreindraient l’article 923A de la Corporations Act s’ils utilisaient des mots tels que «indépendance», «impartial» ou «impartial» (recommandation 2,2); et
  • le consentement écrit qu’un fiduciaire de pension de retraite doit obtenir d’un membre avant de déduire les frais de conseil d’un compte de pension de retraite dans le cadre d’un arrangement d’honoraires non courants (recommandation 3.3).

Lors de la finalisation des instruments législatifs, l’ASIC a pris en compte les commentaires de l’industrie sur les propositions du document de consultation 329 Mise en œuvre des recommandations de la Commission royale: avis d’honoraires consentis et divulgation d’indépendance (CP 329), sorti en mars 2020.

L’ASIC considère que les instruments législatifs établissent un équilibre approprié entre la réduction de la charge réglementaire pour les secteurs du conseil financier et des retraites et la garantie que les consommateurs reçoivent les informations qui les concernent.

L’ASIC n’a pas le pouvoir de fournir des exemptions des nouveaux consentements de frais de conseil et des exigences de divulgation d’indépendance ou de modifier la manière dont les exigences s’appliquent. L’ASIC ne peut spécifier que les exigences relatives aux consentements aux frais de conseil et à la forme de la divulgation du manque d’indépendance.

Pour aider les titulaires de licence à se conformer aux nouvelles exigences, l’ASIC a publié des exemples de formulaires de consentement écrits. Des renseignements supplémentaires pour aider les fiduciaires de retraite à se conformer à leurs nouvelles obligations seront fournis dans le cadre du suivi de la Lettre conjointe d’avril 2019 de l’ASIC et de l’APRA et sortira dans les prochains mois.

Aujourd’hui, ASIC a également publié Rapport 687, qui met en évidence les questions clés soulevées dans les soumissions à l’ASIC sur le CP 329 et détaille les réponses de l’ASIC sur ces questions.

Fond

Le rapport final de la Commission royale a formulé un certain nombre de recommandations pour lutter contre les préjudices causés aux consommateurs par les frais d’absence de service, l’érosion du solde de la pension de retraite en raison de frais de conseils inappropriés et de mauvais conseils de la part de conseillers financiers dont les obligations envers leur client sont en conflit avec leurs propres intérêts. Pour résoudre ces problèmes, la Commission royale a formulé des recommandations pour:

  • introduire le renouvellement annuel des ententes de tarification continue et une exigence selon laquelle les titulaires de licence AFS ne peuvent pas déduire les frais courants sans le consentement du client (recommandation 2.1);
  • introduire une obligation pour les titulaires de licences AFS de divulguer leur manque d’indépendance lorsqu’ils contreviendraient à l’article 923A de la Corporations Act s’ils utilisaient les termes restreints «indépendant», «impartial» et «impartial» (recommandation 2.2); et
  • limiter les déductions des frais de conseil sur les comptes de choix de retraite (recommandation 3.3).

Le gouvernement a mis en œuvre les recommandations 2.1, 2.2 et 3.3 de la Commission royale Loi de 2021 sur la réforme du secteur financier (réponse n ° 2 de la Commission royale de Hayne). Le projet de loi a reçu la sanction royale le 2 mars 2021.

L’ASIC envisagera de mettre à jour les orientations réglementaires existantes pour refléter les nouvelles exigences de la loi avant le début des réformes pour les nouveaux accords de frais et l’absence de déclaration de divulgation le 1er juillet 2021.

Télécharger

/ Publication publique. Ce matériel provient de l’organisation d’origine et peut être de nature ponctuelle, édité pour plus de clarté, de style et de longueur. Voir en entier ici.



Source by