24 mai 2021

Le tribunal de Singapour approuve la décision de geler les actifs du fondateur de Hin Leong

Par admin2020

Bloomberg

Dans la course pour éviter une catastrophe dans la plus grande “ mauvaise banque ” de Chine

(Bloomberg) – Il était plus de 21 heures sur Financial Street à Pékin au moment où le personnage à l’intérieur de la tour Huarong a pris un pinceau à l’encre et, avec des coups entraînés, a commencé à mettre des personnages sur papier. chef d’entreprise, fonctionnaire du Parti communiste chinois – et, moins heureusement, remplaçant d’un homme qui avait été exécuté très récemment.En cette nuit d’avril, Wang a été aperçu en train de se détendre comme il le fait souvent dans son bureau: pratiquer l’art de la calligraphie chinoise, une forme qui exprime la beauté des personnages classiques et, dit-on, la nature de celui qui les écrit. Sa maîtrise demande de la patience, de la résolution, de l’habileté, du calme – et Wang, 54 ans, a besoin de tout cela et plus encore. Parce qu’ici, sur Financial Street, à quelques pas du siège imposant de la Banque populaire de Chine, un drame sombre se déroule derrière la façade en miroir de la tour Huarong. La façon dont cela se déroulera mettra à l’épreuve le vaste système financier chinois endetté, les technocrates qui s’efforcent de le réparer et les banques et investisseurs étrangers pris au milieu.Bienvenue au siège de China Huarong Asset Management Co., la société d’État en difficulté. mauvaise banque »qui a mis les dents sur les rails dans le monde financier. Depuis des mois, Wang et d’autres tentent de nettoyer le désordre ici à Huarong, une institution qui se trouve – littéralement – au centre de la structure du pouvoir financier de la Chine. Au sud se trouve la banque centrale, gérante de la deuxième économie mondiale; au sud-ouest, le ministère des Finances, principal actionnaire de Huarong; à moins de 300 mètres à l’ouest, la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances, chargée de protéger le système financier et, récemment, de veiller à ce que Huarong bénéficie d’un soutien au financement des banques d’État jusqu’au moins en août. la question de savoir comment Huarong réussit sur quelque 41 milliards de dollars empruntés sur les marchés obligataires, la plupart engagés sous le prédécesseur de Wang avant qu’il ne soit pris au piège dans une répression radicale de la corruption. Ce dirigeant de longue date, Lai Xiaomin, a été mis à mort en janvier – sa présence formelle a été expulsée de Huarong jusqu’à la signature de ses certificats d’actions.Le plus gros problème est de savoir ce que tout cela pourrait présager pour le système financier du pays et les efforts de la Chine. Le leader, Xi Jinping, pour centraliser le contrôle, freiner les années d’emprunt risqué et mettre de l’ordre dans la maison financière du pays. “Ils sont damnés s’ils le font et damnés s’ils ne le font pas”, a déclaré Michael Pettis, un professeur basé à Pékin. of finance à l’Université de Pékin et auteur de Avoiding the Fall: China’s Economic Restructuring. Renflouer Huarong renforcerait le comportement des investisseurs qui ignorent le risque, a-t-il dit, tandis qu’un défaut met en danger la stabilité financière si une réévaluation «chaotique» du marché obligataire s’ensuit. Que se passe-t-il à l’intérieur de la tour Huarong? Compte tenu des enjeux, peu sont disposés à débattre publiquement de cette question. Mais des entretiens avec des personnes qui y travaillent, ainsi que chez divers régulateurs chinois, donnent un aperçu de cette tempête.Huarong, en termes simples, est en pleine crise depuis qu’elle a retardé ses résultats de 2020, érodant la confiance des investisseurs. Les dirigeants s’attendent à être convoqués par les autorités gouvernementales à tout moment chaque fois que le sentiment du marché se détériore et que le prix de la dette de Huarong baisse à nouveau. Wang et son équipe doivent fournir des mises à jour écrites hebdomadaires sur les opérations et la liquidité de Huarong. Ils se sont tournés vers les banques publiques, plaidant pour leur soutien, et ont contacté les négociants en obligations pour essayer de calmer les nerfs, avec peu de succès durable.Dans des déclarations publiques, Huarong a insisté à plusieurs reprises sur le fait que sa position était finalement solide et qu’il honorerait sa obligations. Les régulateurs bancaires ont dû approuver le libellé de ces déclarations – un autre signe de la gravité de la situation et, en fin de compte, de qui est responsable. Ensuite, il y a des audiences régulières avec le ministère des Finances et les autres puissantes bureaucraties financières à proximité. Parmi les points habituellement à l’ordre du jour: les projets possibles de se séparer de diverses entreprises de Huarong.Les dirigeants de Huarong sont souvent tenus en attente et, selon les personnes familières avec les réunions, ont tendance à n’avoir qu’un accès limité aux hauts fonctionnaires de la CBIRC, le surveillant bancaire. Le principal organisme de surveillance financier – présidé par Liu He, le bras droit de Xi dans la supervision de l’économie et du système financier – a demandé des informations sur la situation de Huarong et coordonné des réunions entre les régulateurs, selon des responsables de la réglementation. Mais il ne leur a pas encore communiqué de solution à long terme, y compris s’il fallait imposer des pertes aux détenteurs d’obligations, ont déclaré les responsables.Les représentants de la Banque populaire de Chine, de la CBIRC, de Huarong et du ministère des Finances n’ont pas répondu aux demandes de Un fonctionnaire du parti de niveau intermédiaire titulaire d’un doctorat en finance de la réputée université chinoise des finances et d’économie du sud-ouest, Wang est arrivé à la tour Huarong au début de 2018, alors que le scandale de corruption dévorait la société de gestion d’actifs géante. Il est considéré à l’intérieur de Huarong comme discret et terre-à-terre, en particulier par rapport à l’ancien dirigeant de l’entreprise, Lai, un homme autrefois connu sous le nom de Dieu de la richesse. des avant-postes lointains, ont écouté le 16 avril pendant que Wang passait en revue les chiffres trimestriels. Il a souligné que les fondamentaux de la société s’étaient améliorés depuis son arrivée, un point de vue partagé par certains analystes mais insuffisant pour pacifier les investisseurs. Mais il avait peu à dire sur ce qui préoccupe tant de gens: des plans de restructuration et de consolidation de la société géante, qu’il s’était engagé à nettoyer dans les trois ans suivant sa prise de contrôle. , comme la collecte sur des actifs douteux et l’amélioration de la gestion des risques. Les employés étaient silencieux. Personne n’a posé de question. Un employé a qualifié l’ambiance de sa région de «business as usual». Un autre a déclaré que les collègues d’une filiale de Huarong craignaient que l’entreprise ne puisse pas payer leurs salaires. Il y a un fossé grandissant entre l’ancienne et la nouvelle garde, a déclaré un troisième membre du personnel. Ceux qui ont survécu à Lai et ont vu leur rémunération diminuer année après année ont peu confiance dans le redressement, tandis que les nouveaux venus sont plus optimistes quant aux opportunités offertes par le changement de direction. arrêté, une banque qui avait une succursale dans le bâtiment a dû être renflouée à hauteur de 14 milliards de dollars. Humour sombre mis à part, un consensus approximatif a commencé à émerger parmi les cadres supérieurs et les régulateurs de niveau intermédiaire: comme d’autres entreprises publiques clés , Huarong semble toujours être considéré comme trop gros pour échouer. Beaucoup sont revenus avec l’impression – et c’est cela, une impression – que pour le moment, au moins, le gouvernement chinois soutiendra Huarong. Huarong, est susceptible d’être autorisé pendant que le Parti communiste chinois prévoit un spectacle national pour célébrer le 100e anniversaire de sa fondation le 1er juillet. Ces festivités donneront à Xi – qui s’est positionné pour rester au pouvoir indéfiniment – une occasion de consolider son place parmi les dirigeants les plus puissants de Chine, y compris Mao Zedong et Deng Xiaoping. Huarong est «loin d’être» en défaut, a écrit samedi le rédacteur en chef de Caixin Media dans un article d’opinion. Ni le ministère des Finances ni les régulateurs chinois ne le permettraient, a écrit Ling Huawei. Ce qui viendra après cette effusion patriotique du 1er juillet est incertain, même pour beaucoup à l’intérieur de la tour Huarong. Liu He, vice-premier ministre chinois et président du puissant comité de stabilité financière et de développement, ne semble pas pressé d’imposer une solution difficile. Le silence de Pékin a commencé à ébranler les investisseurs de la dette locale, qui jusqu’à il y a environ une semaine, semblaient insensibles à la vente des obligations offshore de Huarong. nettoyage, mais nécessite une intervention du gouvernement, selon Dinny McMahon, analyste économique pour le cabinet de conseil Trivium China basé à Pékin et auteur de la Grande Muraille de la dette chinoise. petit », dit-il. «Il sera conçu pour signaler que les investisseurs ne devraient pas supposer que le soutien du gouvernement se traduit par un soutien par carte blanche.» Pour l’instant, en l’absence d’ordres directs du sommet, Huarong a été pris au milieu des intérêts divergents entre divers appartenant à l’État. Les entreprises et les bureaucraties gouvernementales.China Investment Corp., le fonds souverain de 1 billion de dollars, par exemple, a rejeté l’idée de prendre une participation majoritaire auprès du ministère des Finances. Les responsables de CIC ont fait valoir qu’ils n’avaient pas la bande passante ou la capacité de résoudre les problèmes de Huarong, selon des personnes proches du dossier.La Banque populaire de Chine, entre-temps, essaie toujours de décider de poursuivre ou non une proposition qui la verrait assumer. plus de 100 milliards de yuans (15,5 milliards de dollars) d’actifs douteux de Huarong, ont déclaré ces personnes.Et le ministère des Finances, qui détient 57% de Huarong au nom du gouvernement chinois, ne s’est pas engagé à recapitaliser l’entreprise, bien qu’il n’ait pas Le CIC n’a pas répondu aux demandes de commentaires.Le régulateur bancaire a acheté Huarong un certain temps, négociant un accord avec des prêteurs publics, y compris Industrial & Commercial Bank of China Ltd. couvrir tout financement nécessaire pour rembourser l’équivalent de 2,5 milliards de dollars à échéance à la fin du mois d’août. D’ici là, la société vise à terminer ses états financiers pour 2020 après avoir effrayé les investisseurs en manquant les délais en mars et avril. “La façon dont la Chine traite Huarong aura de larges ramifications sur la perception et la confiance des investisseurs mondiaux dans les entreprises publiques chinoises”, a déclaré Wu Qiong , un directeur exécutif basé à Hong Kong chez BOC International Holdings. «Si des défauts entraînaient une réévaluation du niveau de soutien gouvernemental supposé dans la notation des crédits des entreprises publiques, cela aurait de profondes répercussions sur le marché offshore.» L’annonce d’un nouvel ajout à l’équipe de Wang souligne les enjeux et, pour certains initiés, fournit un mesure d’espoir. Liang Qiang est un membre permanent de la All-China Financial Youth Federation, largement considérée comme un pipeline pour préparer les futurs dirigeants aux entreprises publiques financières. Liang, qui est arrivé à Huarong la semaine dernière et assumera bientôt le rôle de président, a travaillé pour les trois autres grands gestionnaires d’actifs d’État qui ont été créés, comme Huarong, pour aider à nettoyer les créances irrécouvrables des banques du pays. Certains spéculent que cela suggère un plan plus large: que Huarong pourrait être utilisé comme un modèle pour la façon dont les autorités abordent ces autres institutions tentaculaires et criblées de dettes.En attendant, à l’intérieur de la tour Huarong, un élément clé reste fixe dans les horaires chargés des hauts dirigeants et du rang. -et-classer les employés de la même manière. Il s’agit d’une réunion mensuelle, dont le sujet est considéré comme vital pour la renaissance de Huarong: l’étude des doctrines du Parti communiste chinois et des discours du président Xi Jinping. (Mises à jour pour mentionner l’article d’opinion du rédacteur en chef de Caixin sur le sujet.) D’autres articles comme celui-ci sont disponibles sur bloomberg.com Abonnez-vous maintenant pour rester en tête avec la source d’information commerciale la plus fiable. © 2021 Bloomberg LP



Source by