17 mai 2021

Motsepe dit que les finances des FAC sont un gâchis sale. Mais son retour à l’école va-t-il les nettoyer?

Par admin2020

Par Samindra Kunti

17 mai – Le suprémo africain Patrice Motsepe a admis sans équivoque que les sponsors ne veulent pas s’engager avec la Confédération africaine de football (CAF) parce que l’organisation toxique doit «nettoyer sa maison».

La montée soudaine de Motsepe au pouvoir au sein de la CAF a été étayée par la promesse de faire participer les principaux sponsors de toute l’Afrique pour empêcher le pouvoir au pouvoir de saigner davantage financièrement et pour ouvrir une nouvelle source de revenus parallèlement aux millions d’argent de développement que la FIFA injecte sur le continent. sur une base annuelle.

Cependant, à la suite d’un nouvel audit intermédiaire de PwC qui a été présenté au comité exécutif de la CAF samedi à Kigali, au Rwanda, Motsepe a révélé que la réputation de la CAF est telle que les nouveaux sponsors potentiels n’envisagent aucun lien commercial, effrayés par la perspective d’enchevêtrements juridiques.

Accompagné du président de la FIFA, Gianni Infantino, Motsepe a déclaré: «J’ai maintenant passé tellement de temps avec l’aide et les conseils de Gianni dans presque toutes ces réunions avec des sponsors et partenaires potentiels, avec des personnes avec lesquelles nous devons travailler, et le message que je reçu à maintes reprises est “ la CAF est devant les tribunaux ” car il y a une perception que certains accords, certains contrats ont été conclus qui étaient inappropriés – et les personnes qui veulent travailler avec nous et veulent nous donner plus de ressources disent: “ Vous devez nettoyer votre maison ».

Sous l’ancien président de la CAF et désormais officiel du football en disgrâce, Ahmad Ahmad, les finances de la CAF ont plongé de façon spectaculaire. La confédération a déchiré un accord de 1 milliard de dollars de droits de télévision et de marketing avec la société française Lagardere Sports et un audit de PwC a suggéré que des dizaines de millions de dollars avaient été détournés au sein de l’instance dirigeante.

Entre 2019 et 2020, la CAF a subi une baisse de 40 millions de dollars de ses réserves. En 2020, l’organisation a déclaré une perte financière pour le deuxième exercice consécutif, la première de 6,8 millions de dollars en 2019 et en 2020 de 11,4 millions de dollars. Il prévoit un déficit net de 13 millions de dollars pour 2021.

«Certains ont même dit:” Nous nous retrouverons devant les tribunaux si nous concluons des accords avec vous maintenant alors qu’il y a encore ces accords – qu’il s’agisse de droits télévisuels ou de contrats – qui ont été conclus d’une manière inappropriée “”, a poursuivi M. Motsepe.

«Je tiens à vous indiquer que nous allons faire ce qui est nécessaire. Je vais prendre des conseils juridiques et m’assurer que cette organisation n’est pas seulement protégée, mais que nous sortons de ces arrangements.

La monétisation des droits télévisuels et la proposition commerciale de la CAF ont été vantées comme étant l’une des priorités de Motsepe et son expertise commerciale et commerciale a été promue comme la réponse au bourbier financier de la CAF lié à l’inactivité de la diffusion et du parrainage.

Cependant, plutôt que de se concentrer sur la question urgente de la génération de nouveaux fonds pour le football africain, le nouveau président de la CAF a apparemment passé ses premiers mois en fonction à sillonner le continent pour étayer ses plans pour une compétition scolaire et rencontrer des chefs d’État, sans apparemment répondre aux besoins les plus urgents et aux problèmes existentiels de l’organe directeur.

Pendant ce temps, de nombreux membres de la vieille garde, qui ont facilité le règne désastreux d’Ahmad, ont conservé leurs sièges au comité exécutif, et la présence de la FIFA dans les couloirs du pouvoir de la CAF s’est renforcée avec l’omniprésence d’Infantino et le nouveau secrétaire général de la CAF Veron Mosengo-Omba parachuté. du siège de la FIFA dès que Motsepe a été couronné président de la CAF à Rabat en mars. Le fantassin zurichois a remplacé le Marocain Abdel Bah.

Alors que l’emprise de la FIFA sur la confédération africaine et ses membres est totale, la voie vers l’indépendance financière et l’autodétermination de l’Afrique semble maintenant plus éloignée que jamais.

Contactez l’auteur de cette histoire, Samindra Kunti, à moc.l1621262448labto1621262448ofdlr1621262448Owedi1621262448sni @ o1621262448fni1621262448



Source by