5 mars 2021

N’arrêtez pas de croire aux obligations

Par admin2020

Compte tenu de la morosité et de la morosité actuelles, avec des périodes de soulagement occasionnelles, en raison de la hausse des taux d’intérêt, est-il toujours judicieux d’investir dans des obligations lorsque vous épargnez pour la retraite ou que vous vivez à la retraite?

Eh bien, cela ne semblait certainement pas logique lorsque les taux d’intérêt étaient (et sont toujours) à des niveaux historiquement bas. Par exemple, qui, dans son esprit, veut gagner 0,318% sur un Trésor à 10 ans, ce qu’il gagnait il y a environ un an?

Et cela n’a peut-être pas de sens maintenant que les taux ont augmenté par rapport aux creux de mars 2020. N’oubliez pas que la valeur du capital de votre obligation diminue lorsque les taux d’intérêt augmentent.

Mais ce que les gens pourraient manquer dans le contexte actuel à l’envers, c’est le rôle que les obligations devraient ou devraient jouer dans un portefeuille.

La sécurité, pas le revenu

Selon Larry Swedroe, co-auteur de Votre guide complet pour une retraite réussie et directeur de la recherche à Buckingham Strategic Wealth, le rôle principal des titres à revenu fixe dans votre portefeuille devrait être la sécurité, pas le rendement, pas le revenu, pas le flux de trésorerie.

En d’autres termes, si tout le reste va au pot, si les actions doivent crater, les obligations sont là pour assurer la sécurité du principal – du moins à l’échéance.

De plus, les obligations sont là à des fins de diversification. Les prix des obligations devraient augmenter lorsqu’ils sont en valeur lorsque d’autres actifs, par exemple, les actions baissent en valeur, et vice versa.

«La règle n ° 1 à laquelle chaque investisseur doit se conformer est que vous voulez vous assurer que votre portefeuille dispose d’un montant suffisant de titres à revenu fixe sûrs pour amortir le risque global du portefeuille à un niveau acceptable», a-t-il déclaré. «Parce que sinon, et les actions baissent, ce qu’elles ont tendance à faire une fois tous les 10, 15 ans environ, 40, 50% ou autre, alors vous allez dépasser votre tolérance au risque.»

Au mieux, dit-il, vous ne pourrez pas dormir, profiter de votre vie et tout le reste. Et, au pire, vous vous livrerez à la pire chose que vous puissiez faire: paniquer et vendre. «Et une fois que vous vendez… je pense que vous êtes pratiquement voué à l’échec à moins que vous n’ayez de la chance.»

Conclusion pour Swedroe: «Vous devez avoir suffisamment d’obligations sûres.»

Or, selon Sébastien Page, auteur de Beyond Diversification et responsable mondial multi-actifs chez T. Rowe Price, combien vous devriez investir en obligations, actions et liquidités, «est, sans aucun doute, la décision de construction de portefeuille la plus importante qu’un investisseur prend. “

Combien investir dans des obligations?

Selon Swedroe, le montant que vous devriez investir dans des titres à revenu fixe dépend de votre capacité à prendre des risques. Et votre capacité à prendre des risques est déterminée par quatre facteurs: votre horizon de placement, la stabilité du revenu gagné, votre besoin de liquidités et les options qui peuvent être exercées en cas de besoin d’un plan B.De plus, Swedroe a déclaré posséder des obligations. dont la maturité dépasse votre horizon de placement prend plus de risques qu’il n’est inapproprié.

Capacité à prendre des risques

Horizon d’investissement (années)

Allocation maximale en actions (%)

0-3

0

4

dix

4

20

6

30

7

40

8-9

50

dix

60

11

70

12-15

80

16-19

90

20+

100

Source: Votre guide complet pour une retraite réussie et sûre

Comme Swedroe, Page croit également que la décision repose en partie sur son capital humain, la valeur actuelle de vos futurs revenus salariaux. Et une fois que vous prenez en compte le capital humain d’une personne, qui, selon M. Page, agit plus comme une action qu’une obligation, un portefeuille équilibré avec une répartition saine en actions, et non en obligations, est la réponse.

Pour être juste, l’allocation aux obligations n’est pas statique tout au long du cycle de vie dans les portefeuilles modèles de Page ou de Swedroe.

Par exemple, dans les portefeuilles modèles de Page, vous alloueriez 15% aux obligations dans les 20 ans précédant la retraite, 45% à la retraite et 69% quelque 20 ans après la retraite, ce qui est proche de la règle empirique qui aurait vous soustrayez votre âge de 120 ans pour déterminer combien investir en actions et combien en obligations. Donc, si vous aviez 47 ans, vous investiriez 73% dans des actions et si vous aviez 87 ans, vous investiriez 33% dans des actions.

Les bonnes obligations dépendent de vos objectifs de placement

Investir dans les bonnes obligations est tout aussi important qu’investir dans des obligations, a déclaré Massi De Santis, un planificateur financier agréé chez DESMO Wealth Advisors. Selon De Santis, les bonnes obligations vous aident à éviter les risques inutiles et à tirer le meilleur parti de votre portefeuille, en particulier dans un environnement de taux d’intérêt bas.

Quels sont les bons liens? Cela dépend de votre objectif de placement.

Pour les portefeuilles de croissance, De Santis recommande que la composante obligataire soit diversifiée dans l’univers obligataire, y compris les obligations gouvernementales, les agences gouvernementales, les obligations d’entreprises de bonne qualité et les obligations mondiales. La durée doit être dans la fourchette intermédiaire (environ 5 à 7 ans).

Le Vanguard Total Bond Market Index Fund ETF BND,
-0,32%,
le SPDR Bloomberg Barclays International Treasury Bond ETF BWX,
-0,70%,
et iShares Core US Aggregate Bond AGG,
-0,29%
sont des ETF qui fonctionneraient pour cet objectif.

Pour les portefeuilles prudents, De Santis recommande des durées d’obligations courtes à intermédiaires très bien notées, similaires à l’horizon de l’objectif. Les obligations du Trésor iShares 0-3 mois SGOV,
+ 0,01%,
SPDR Bloomberg Barclays 1-3 mois T-Bill ETF BIL,
,
Vanguard Short-Term Treasury Index Fund ETF VGSH,
,
Fonds indiciel d’obligations à court terme Vanguard BSV,
-0,11%,
iShares Core 1-5 Year USD Bond ETF ISTB,
-0,02%,
et iShares 1-3 Year International Treasury Bond ETF SHG,
-0,10%
sont des ETF qui fonctionneraient pour cet objectif.

Et pour les portefeuilles axés sur le revenu, De Santis recommande des obligations de sociétés d’État, protégées contre l’inflation et de bonne qualité, dont la durée de l’objectif correspond à l’échéance moyenne. Le TIP iShares TIPS Bond ETF,
-0,38%
et le Vanguard Long-Term Bond Index Fund ETF BLV,
-0,79%
sont des exemples d’ETF qui fonctionneraient pour cet objectif.



Source by