20 juillet 2021

Opinion : Inquiet de l’inflation ? Voici comment les investissements ont fait dans les années 1970

Par admin2020

Dans le film des années 1990 The Shipping News, un vieux journaliste explique à Kevin Spacey comment couvrir l’actualité. S’il y a une tempête visible n’importe où, explique-t-il, vous écrivez «La tempête menace la ville», même si la tempête est loin d’être proche et qu’il est peu probable qu’elle frappe. Si, comme prévu, la tempête ne frappe jamais, vous écrivez simplement la suite : « Ville épargnée par la tempête ».

Les lecteurs peuvent être excusés de penser quelque chose de similaire aux dernières histoires sur l’inflation imminente, menaçante, en plein essor et terrifiante. Oui, les prévisions d’inflation étaient en hausse il y a des mois et ont atteint des sommets de 8 ans. S’ils avaient continué, il y aurait lieu de s’inquiéter. Mais ils n’ont pas continué. Au contraire, ils chutent depuis deux mois. La prévision d’inflation à 5 ans du marché obligataire est désormais inférieure à ce qu’elle était à la mi-mars. Le marché voit l’inflation à cinq ans tourner autour de 2,6 %. C’est plus élevé que ce à quoi nous sommes habitués depuis une décennie, mais cela n’a rien à craindre.

Cela peut changer, bien sûr. Peut-être qu’il le sera. On verra.

Mais avec tout ce discours, je me suis mis à réfléchir à la question évidente. Si une inflation grave frappe vraiment, que pouvons-nous faire à ce sujet ? Comment protéger nos investissements ?

C’est une question particulièrement importante pour les retraités d’aujourd’hui et ceux qui prévoient de prendre leur retraite bientôt. Lorsque nous sommes plus âgés, on nous conseille généralement de conserver la majeure partie de notre argent dans des investissements plus « prudents », c’est-à-dire des choses comme les obligations, qui comportent moins de risques. Une personne dans la vingtaine ou la trentaine peut ne pas s’inquiéter outre mesure si son épargne-retraite plonge de 30% dans une déroute du marché ou une spirale inflationniste. Pour une personne dans la soixantaine, et encore moins plus âgée, cela peut devenir une crise financière majeure.

Je suis donc revenu en arrière et j’ai déterré les informations de la dernière et tristement célèbre spirale inflationniste des années 1970, lorsque l’inflation des prix à la consommation dépassait souvent les 10 % par an. Le philosophe grec Héraclite a souligné que personne ne traverse jamais deux fois le même ruisseau, car la deuxième fois, ce n’est pas le même ruisseau, et nous ne sommes pas la même personne. Tout change. Il n’y a aucune garantie que le prochain boom inflationniste, même s’il se produise, ressemblera en quoi que ce soit au dernier – pas plus que nous ne devrions supposer qu’il sera accompagné d’épidémies de musique disco et de jeans évasés.

Néanmoins, le graphique ci-dessus montre les rendements totaux, après ajustement pour l’inflation, de diverses classes d’actifs de décembre 1971 à décembre 1981. (J’ai utilisé ces dates parce que la National Association of Real Estate Investment Trusts, ou NAREIT, commence alors sa série de données.) Les données sur les stocks d’énergie proviennent de données compilées par le professeur Ken French de la Tuck School of Business du Dartmouth College.

C’est ce qui arrivait à votre pouvoir d’achat si vous investissiez dans ces actifs et que vous vous accrochiez pendant 10 ans. (J’ai exclu l’or, ce qui est une autre histoire.)

L’élément clé est que vous avez vraiment n’a pas veulent posséder des obligations du Trésor. La perte de près de 40 % du pouvoir d’achat sur 10 ans est quelque peu théorique – elle est dérivée des rendements annuels composés des bons du Trésor à 10 ans compilés par la Stern School of Business de l’Université de New York, divisés par l’indice des prix à la consommation – mais raconte néanmoins une histoire . (En Grande-Bretagne, où l’inflation était encore pire, les obligations d’État dans les années 1970 sont devenues connues sous le nom de « certificats de confiscation ».

Les garder vous coûte de l’argent. Beaucoup.

On pourrait dire que le danger est encore plus grand aujourd’hui, simplement parce que les rendements des bons du Trésor à long terme sont si bas. L’assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale, les achats d’obligations et les politiques de taux d’intérêt zéro ont laissé les rendements du Trésor au plus bas jamais enregistré, ce qui signifie que les virages seraient catastrophiques si l’inflation revenait.

Les obligations d’entreprises et le S&P 500 SPX,
-1,59%
étaient aussi de terribles investissements. Il convient de rappeler qu’il s’agit de pertes réelles à terme sur une décennie, ce qui signifie que les investisseurs n’ont pas seulement perdu beaucoup d’argent, ils ont également perdu beaucoup de temps.

Les actions des services publics n’étaient pas excellentes, mais elles ont mieux résisté. Et les bons du Trésor – les papiers à court terme – ont fait mieux encore. Mais encore une fois, vous reculiez alors qu’il fallait aller de l’avant.

Quiconque se souvient des années 1970 ne sera pas surpris de l’essor des sociétés énergétiques. Ce dont on se souvient peut-être moins, c’est que les FPI ont également plutôt bien fonctionné. Ces chiffres, incidemment, représentaient les FPI propriétaires de biens et excluaient les FPI hypothécaires, qui détiennent des prêts.

Mais il y a deux mises en garde à cela. La première est que, bien sûr, les actions énergétiques se sont bien comportées, car l’un des principaux moteurs de l’inflation dans les années 1970 était la montée de l’OPEP et deux embargos pétroliers qu’elle a imposés à l’Occident pour des raisons politiques. Repère Héraclite. Il n’y a aucune raison particulière de supposer que la prochaine poussée inflationniste sera la même.

La deuxième mise en garde est que même si les FPI ont fini par bien se porter, elles ont été volatiles en cours de route. En particulier, les prix des FPI se sont effondrés lors de la récession provoquée par l’OPEP de 1972-1974. Et selon FactSet, les FPI américaines semblent déjà aujourd’hui assez chères sur certaines mesures. Par exemple, il estime que le rendement du dividende prévu sur l’ETF Vanguard Real Estate (une référence raisonnable pour l’industrie) n’est que de 2,9% – de loin le plus bas depuis son lancement en 2004. En parcourant les données NAREIT, je ne trouve pas de moment depuis 1971, lorsque le rendement global des FPI était aussi bas. Lors de la bulle immobilière en 2007, d’ailleurs, le rendement a atteint un plancher pas inférieur à 3,6%

Il se peut donc que les FPI offrent aujourd’hui moins de protection contre l’inflation que nous ne l’espérions.

Une différence clé dans les années 1970 est qu’il n’y avait pas de bons du Trésor «protégés contre l’inflation» pour protéger les investisseurs. Les TIPS sont en théorie presque l’investissement parfait pour les retraités. Ils sont émis par le gouvernement américain et leurs coupons sont protégés contre le défaut de paiement. Pendant ce temps, leurs coupons s’ajustent efficacement pour refléter les changements des prix à la consommation.

Le problème aujourd’hui est que les TIPS, comme presque tout le reste du marché obligataire, semblent incroyablement chers. La plupart des TIPS bloquent déjà une perte réelle de pouvoir d’achat si vous les achetez aujourd’hui. Par exemple, si vous achetez des obligations TIPS à 5 ans et que vous les conservez pendant 5 ans, vous finirez par perdre 9 % de votre pouvoir d’achat. Et les obligations TIPS à 30 ans offrent la même perte de 9 %, bien qu’étalées sur 30 ans.

Ce n’est pas très contraignant. Et cela montre les risques que les réponses politiques du gouvernement ont créés pour les personnes à la retraite et à proximité.



Source by