19 février 2021

Plus d’aide au logement et à l’emploi pour les femmes quittant la prison

Par admin2020

VIC Premier

Les femmes qui sortent de prison bénéficieront désormais d’un meilleur soutien pour la sécurité du logement, l’indépendance financière et de meilleures perspectives d’emploi.

Le gouvernement travailliste d’Andrews a élargi les services fournis par le fournisseur de logement enregistré Women’s Housing Limited au Dame Phyllis Frost Centre pour inclure un programme de 2,8 millions de dollars visant à détourner les femmes en peine de courte durée et en détention provisoire vers des programmes de logement et de soutien.

Le programme aidera les femmes sortant de prison à trouver un logement et à être aiguillées vers des services tels que l’assistance juridique.

Le programme est complété par un nouveau service qui vise à améliorer l’accès des femmes à l’emploi lorsqu’elles reviennent à la vie dans la communauté. Les spécialistes de l’emploi des femmes travaillent maintenant dans tout le système pénitentiaire pour améliorer les perspectives d’emploi des femmes en vue de leur libération.

Cela comprend la fourniture aux femmes de passerelles vers des groupes d’employeurs qui correspondent aux besoins de l’industrie et un meilleur accès aux industries non traditionnelles, telles que les métiers, la logistique, l’ingénierie et la construction.

Le programme d’emploi fait partie d’une initiative plus large de 5,8 millions de dollars qui comprend des travailleurs de l’engagement familial et un service de thérapie familiale qui met en évidence le rôle clé que joue la famille dans la réadaptation et la réinsertion des détenus.

Le gouvernement assure également la satisfaction des besoins en formation et en éducation des détenus grâce à deux centres d’excellence d’enseignement et de formation professionnels (COE) qui seront créés au Centre Dame Phyllis Frost au cours du prochain exercice.

Le COE fournira des services d’emploi, tels que des références et des liens avec des employeurs et des groupes industriels, et comprendra un programme intensif d’hospitalité et de restauration de 12 semaines et un programme intensif de construction civile.

Trois autres travailleuses de soutien aux femmes autochtones ont également été engagées pour élargir le service de soutien juridique et de transition que Djirra fournit aux femmes autochtones en prison.

Le gouvernement est également heureux d’annoncer la nomination de la députée de Wendouree, Juliana Addison, au poste de présidente du Comité consultatif des services correctionnels pour femmes – un poste bénévole de deux ans.

Créé en 2003, le comité fournit des conseils indépendants au ministre des affaires pénitentiaires pour éclairer les approches sexospécifiques des politiques, programmes et services destinés aux femmes dans le système correctionnel.

Mme Addison remplace l’ancienne présidente, la députée Ingrid Stitt, devenue ministre fin 2020.

Comme l’a déclaré la ministre des Services correctionnels Natalie Hutchins

«Aider les femmes sortant de prison à changer leur vie en leur offrant un logement, un emploi et une formation convenables offre une sécurité future et contribuera à réduire leurs risques de récidive.»

«Julianna associe sa passion et son expérience de la santé et de l’emploi pour les Victoriens vulnérables à ce nouveau rôle, et je la félicite pour sa nomination.

Comme indiqué par Juliana Addison, présidente du Comité consultatif des services correctionnels pour femmes

«Je suis heureux de pouvoir travailler avec des intervenants diversifiés et experts pour relever les défis complexes auxquels sont confrontées les délinquantes et pour fournir des conseils stratégiques au ministre au sujet de nos services et programmes correctionnels.

/ Publication publique. Ce matériel provient de l’organisation d’origine et peut être de nature ponctuelle, édité pour plus de clarté, de style et de longueur. Voir en entier ici.



Source by