16 mai 2021

Projet de loi sur la réforme du secteur financier 2020

Par admin2020

Résumé de haut niveau des principaux changements


5 min de lecture

Le 9 décembre 2020, le gouvernement a présenté le projet de loi 2020 sur la réforme du secteur financier (réponse n ° 2 de la Commission Hayne Royal) (Facture) au Parlement.

Le projet de loi fait suite au projet de loi 2020 portant le même nom sur la réforme du secteur financier (réponse de la Commission royale de Hayne) (résumé dans notre Mise à jour de novembre ici), et vise à mettre en œuvre les recommandations de la Hayne Royal Commission en ce qui concerne les changements dans les ententes de frais de conseil en cours, les fiduciaires de retraite répercutant les frais de conseil et exigeant que les titulaires d’AFSL ou les représentants autorisés (entité fournissant) pour révéler un manque d’indépendance lors de la fourniture de conseils personnels aux clients de détail.

Le projet de loi apporte un certain nombre de changements clés aux exposés-sondages pour consultation publiés en février et cette mise à jour donne un bref résumé de ces changements.

Annexe 1 – Modalités de frais courants (recommandation 2.1)

L’essentiel de cette partie du projet de loi demeure inchangé depuis l’exposé-sondage. Le projet de loi modifiera le Loi de 2001 sur les sociétés pour exiger des arrangements de frais permanents (OFA) à renouveler annuellement (plutôt que tous les deux ans comme c’est le cas actuellement), pour exiger des déclarations de frais (FDS) d’être tourné vers l’avenir en ce qui concerne les honoraires et les services et d’exiger l’obtention d’un consentement écrit avant que les frais de conseil ne soient déduits en vertu d’un OFA.

Cependant, le projet de loi a été mis à jour pour supprimer l’obligation d’obtenir le consentement en ce qui concerne les déductions sur les produits de dépôt de base ou les comptes liés à une carte de crédit. L’exposé des motifs accompagnant le projet de loi le justifie car les clients ont généralement plus de visibilité sur les montants prélevés sur ces comptes (le gouvernement n’a évidemment pas vu les tentatives de ma mère en matière de banque en ligne…).

Un autre changement important par rapport à l’exposé-sondage est la suppression de l’obligation pour les conseillers de donner séparément aux clients un avis de renouvellement. Celui-ci sera remplacé par un FDS amélioré, qui doit:

  • inclure les frais qui seront facturés au cours de la période de 12 mois à venir;
  • décrire les services que le client a le droit de recevoir au cours de cette période; et
  • demander le renouvellement annuel des clients pour l’OOF.

Un nouveau concept de «jour anniversaire» a également été introduit dans le projet de loi mis à jour, un grand nombre des exigences clés relatives au renouvellement et au consentement étant liées à ce concept. Le «jour anniversaire» est l’anniversaire du jour où l’OOF concerné a été conclu. La «période de renouvellement» au cours de laquelle les clients renouvellent l’OOF est une période de 120 jours commençant le jour de l’anniversaire et les FDS doivent désormais être remises aux clients dans les 60 premiers jours de cette période de 120 jours. Le consentement d’un client à l’OOF prend fin, généralement, à la fin d’une période de 150 jours commençant à la date anniversaire.

Ce dernier concept, celui de l’expiration du consentement, était auparavant difficile à établir avec certitude dans le cadre de l’exposé-sondage et le changement rendra probablement le processus de demande et de renouvellement du consentement du client à un AOF plus simple et plus facile à administrer.

La date d’entrée en vigueur du projet de loi a également (heureusement) été mise à jour au 1er juillet 2021 pour les OFA conclus à cette date ou après cette date et des dispositions transitoires s’appliquent jusqu’au 1er juillet 2022 en ce qui concerne les OFA en vigueur immédiatement avant le 1er juillet 2021.

Annexe 3 – Frais de conseil en pension de retraite (recommandations 3.2 et 3.3)

Le principal changement apporté au projet de loi par rapport à l’exposé-sondage est la mise à jour visant à supprimer l’interdiction complète de facturer des frais de conseil à l’intérêt MySuper d’un membre. Au lieu de cela, le projet de loi supprime désormais la possibilité pour les frais facturés en vertu d’un OFA d’être déduits d’un intérêt MySuper. C’est tout un changement, et cela signifie que sous réserve des autres obligations du fiduciaire et de s’assurer que le consentement du membre a été obtenu à la déduction, des frais de conseil non continus peuvent être déduits de l’intérêt MySuper d’un membre.

Ce changement reflète la conviction du gouvernement que le fait d’avoir des règles différentes pour déduire les frais de conseil de MySuper et des produits de choix aurait pu empêcher les membres de MySuper d’accéder aux conseils ou aurait pu inciter les membres à passer de MySuper à des produits de choix afin de faciliter le paiement des frais de conseil. .

L’obligation d’obtenir le consentement à la déduction des honoraires de conseil d’un produit MySuper ou Choice est inchangée par rapport à l’exposé-sondage. Le projet d’instrument publié par l’ASIC en mars prescrivant les exigences pour ce consentement n’a pas encore été mis à jour suite à l’introduction du projet de loi au Parlement.

La définition de “ frais d’activité ” dans la loi SIS a également été modifiée pour éviter qu’une redevance qui répond à la définition d’honoraires de conseil dans les règles de tarification ne soit plutôt traitée comme une redevance d’activité, afin de garantir que la loi fonctionne comme prévu.

À l’instar de la recommandation 2.1, la date d’entrée en vigueur de cette partie du projet de loi a été reportée au 1er juillet 2021 pour les redevances payables en vertu d’un accord conclu à cette date ou après cette date, avec une période de transition s’appliquant jusqu’au 1er juillet 2022 en ce qui concerne tout accord existant. conclue avant le 1er juillet 2021.

Annexe 2 – Divulgation d’un manque d’indépendance (recommandation 2.2)

Les exigences proposées dans le projet de loi concernant la divulgation d’un manque d’indépendance de la part d’une entité fournisseuse sont essentiellement inchangées par rapport à l’exposé-sondage.

De manière générale, le projet de loi exigera que les entités qui n’agissent pas de manière indépendante (c.-à-d. Celles qui contreviendraient à l’article 923A de la Corporations Act) donnent à un client de détail une déclaration écrite sous la forme prescrite par l’ASIC qui révèle leur manque d’indépendance avant de fournir des renseignements personnels. conseils à un client. Cela doit être inclus dans le Guide des services financiers (FSG).

Le seul changement de toute substance est une mise à jour de la date de début au 1er juillet 2021 pour les FSG fournis aux nouveaux clients à cette date ou après cette date. Une période transitoire s’applique lorsqu’un FSG a été remis au client avant le 1er juillet 2021 et que les services financiers doivent être fournis à compter du 1er juillet 2021, ce qui nécessitera un FSG mis à jour ou un FSG supplémentaire contenant la divulgation à fournir au client avant que les services financiers ne soient fournis.



Source by