7 février 2021

Q&A: CFO de Tru Independence sur le conseil financier en 2021 | Conseillers financiers

Par admin2020

Presque tout le monde, L’industrie et le secteur boursier ont ressenti les effets des bouleversements de 2020, subissant les conséquences du COVID-19, de la crise financière et de l’élection présidentielle. Et on ne sait pas ce que 2021 apportera.

CONTENU CONNEXE

Alors que tant de choses semblent encore en mouvement, nous avons parlé avec Jamie Sullivan, directeur financier de Tru Independence, une plate-forme commerciale qui fournit une infrastructure intégrée permettant aux conseillers indépendants de se développer et de gérer leur entreprise.

Sullivan a partagé son point de vue sur ce que les conseillers peuvent faire pour leurs clients d’ici 2021. Elle a également exposé ses points de vue sur la marché de l’immobilier – à savoir si nous sommes sur le point de connaître un autre crash immobilier – et l’avenir des impôts locaux et d’État sous la nouvelle administration du président Joe Biden.

Voici des extraits édités de cette interview.

Comment les conseillers devraient-ils penser à partir de 2020?

Beaucoup de choses ont peut-être eu lieu en 2020, mais les marchés et les conseillers ont fini par rester à la hausse. En des temps très incertains, nous avons tendance à voir une hausse dans l’espace des conseils financiers, et 2020 n’a pas été différent. Il est extrêmement puissant d’avoir un conseiller de confiance à qui faire appel pour vous guider à travers l’événement en cours et comment cela se traduit par votre situation individuelle ou familiale.

L’année dernière, nous avons subi un bref et monumental crash. De nombreux experts ont prédit que les marchés ne se rétabliraient pas aussi rapidement qu’ils l’ont fait et que les marchés continuent d’être en bonne santé.

Compte tenu de tout cela, les conseillers auront du pain sur la planche dans l’année à venir. Il n’y a pas de traitement «set-it-and-forget» en ces temps. Les conseillers continueront de tirer parti de leur expertise fondamentale et tactique, mais devront en fin de compte être préparés à la nature imprévisible de nos marchés et à la déconnexion qu’ils ont continuellement de notre environnement économique. Je prévois voir plus de conseillers porter leur chapeau de conseiller aux compétences douces, car ils se concentrent davantage sur la planification financière holistique et établissent des relations plus approfondies et plus fiables avec leurs clients.

Parlons du marché immobilier. Nous avons évité une autre crise du logement jusqu’à présent, mais pensez-vous que nous retardons l’inévitable?

Des mesures de prévention ont été déployées qui n’étaient pas en place pendant la crise du logement de 2008-2009, et il a fait des merveilles de garder les gens chez eux, en particulier ceux qui, autrement, auraient dû saisir et perdre leur logement.

Nous constatons également un énorme mouvement de personnes quittant les zones à coût de vie élevé pour les zones à faible coût de la vie, compte tenu de l’augmentation du travail à distance. Maintenant, l’offre limitée a rencontré une demande accrue, entraînant une augmentation des prix des logements dans le comté. Il va être intéressant de voir ce que cela signifie pour les communautés et économies locales, bientôt embourgeoisées, les gouvernements des États et locaux et le marché immobilier en général.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’économie?

À mesure que nous avançons dans cette période, cela relancera probablement la grande migration du travail à distance qui a été théorisée. Que cela nous plaise ou non, ce sera là pour le long terme, changera notre économie à partir de maintenant et sera un contributeur majeur à l’horizon de la nouvelle normalité vers lequel nous marchons tous patiemment.

Comment la pandémie a-t-elle affecté l’environnement futur des impôts nationaux et locaux? Quel sera l’impact de ces changements sur les conseillers et les investisseurs à l’avenir?

Avec la vague bleue au Congrès et dans l’administration de Biden, il est fort probable que le prochain cycle de financement fédéral de relance tombe entre les mains des gouvernements des États et locaux.

Si cela se produit, cela allégera, espérons-le, la pression financière sur nos gouvernements étatiques et locaux et allégera toute pression pour augmenter les impôts des particuliers et des entreprises.

Malgré la puissance de ces solutions à court terme et de ces mesures préventives, nous devrons encore les payer dans les années à venir. Ce sont les moments où les professionnels financiers et fiscaux sont le plus nécessaires. J’encourage les investisseurs à contacter ces experts pour les aider à naviguer et à planifier en ces temps intéressants et imprévisibles.

Quelles sont vos prévisions pour le reste de 2021 en termes de reprise économique et de marchés financiers?

Nous sommes dans une position favorable pour 2021: le vaccin est en cours de déploiement et, espérons-le, parviendra à une grande partie de notre population d’ici la fin de l’année. Parallèlement à cela, nous avons une période de soulagement prévue pour les cas de COVID à venir avec les mois d’été plus chauds à venir. Nous avons également connu une autre série de financement de relance, et je serais surpris si nous ne voyons pas plus venir avec la nouvelle administration.

Avec ces développements positifs, l’espoir est de voir nos écoles et nos entreprises se rouvrir à des opérations pseudo-normales et de voir une diminution significative de nos demandes de chômage. Compte tenu de cela, j’estime que les marchés financiers seront tout aussi favorables à l’approche de 2021.



Source by