14 septembre 2021

Rendements alpha : Stratégie d’investissement | Comment générer de l’alpha dans les actions à faible volatilité

Par admin2020
La croyance commune parmi les investisseurs est qu’un rendement (alpha) supérieur au marché sur une base régulière ne peut être généré qu’en prenant un plus grand risque à long terme. Cela incite de nombreux investisseurs à parier sur des actions « conceptuelles » ou « à l’aube » risquées, dans le cadre d’une stratégie de diversification visant à ajouter « l’alpha » et à rendre les rendements totaux du portefeuille plus juteux. Cependant, cette stratégie ne peut fonctionner que pendant des années limitées et est risquée.

Alors, quelle est la solution pour générer un rendement supérieur au marché sans tomber dans le piège des paris risqués ? En d’autres termes, existe-t-il un moyen de trouver des actions à faible volatilité, qui pourraient potentiellement générer des rendements supérieurs à l’indice de référence ?

Autrefois considéré comme un problème insoluble pour les investisseurs, une solution consiste à investir dans un indice sous-jacent construit à l’aide d’une stratégie multifactorielle, qui accorde une importance égale à la capacité historique de génération d’alpha et à une faible volatilité. Cela signifie investir dans un indice composé d’actions qui ont surperformé le marché au sens large, mais qui sont toujours relativement moins volatiles.

Dans l’investissement factoriel, les actions sont sélectionnées en fonction de facteurs de style tels que la taille, l’alpha, la qualité, la valeur, le momentum et la faible volatilité. Cette approche offre des avantages à la fois pour l’investissement actif et passif en appliquant des facteurs éprouvés spécifiques aux actions – tels que l’alpha, la qualité – qui sont utilisés dans l’investissement actif ainsi que le cadre basé sur des règles de l’investissement passif. Lorsque deux facteurs sont pris en compte pour la construction de l’indice, cela s’appelle une technique d’investissement multifactorielle.

En règle générale, la stratégie de construction d’indices à facteur unique montre un caractère cyclique et sous-performe dans certaines phases de marché. Mais la stratégie multifactorielle atténue la composante cyclique des indices monofactoriels.

L’opportunité des sociétés performantes à faible volatilité

NSE a un indice de stratégie appelé l’indice Nifty Alpha Low Volatility 30, qui est un indice multifactoriel basé sur l’alpha et la faible volatilité. L’indice capture la performance de 30 actions sélectionnées dans un univers de 150 grandes et moyennes capitalisations, qui ont récemment surperformé le marché au sens large avec une volatilité inférieure à celle de l’indice de référence.

La surperformance d’une action est mesurée par l’alpha de Jensen, basé sur le prix de l’année précédente, tandis que la volatilité est l’inverse de l’écart type des rendements quotidiens normaux pour la même période. Les actions sont sélectionnées en fonction de leurs scores centiles moyens pondérés, déterminés à l’aide d’une combinaison équipondérée de l’alpha et du score de volatilité de chaque action. La pondération de chaque action dans l’indice est basée sur une combinaison équipondérée de son alpha et de son score de volatilité et est plafonnée à 5 %.

Avec un marché à un niveau record, les investisseurs se précipitent généralement pour investir dans de bonnes entreprises et, par conséquent, ils finissent par investir dans des modèles commerciaux non éprouvés afin de générer des rendements supérieurs au marché. Pas étonnant que la détention de détail – les investisseurs détenant jusqu’à Rs 2 lakh – ait atteint un niveau record de 7,18% en juin 2021 alors que la peur de manquer (FOMO) s’est progressivement installée.

Un investissement dans un indice de stratégie comme l’indice Nifty Alpha Low Volatility 30 offre une croissance avec stabilité et des fluctuations de prix plus faibles.

L’indice Alpha Low Volatilité surperforme

L’indice Nifty Alpha-Low Volatility 30 a surperformé le Nifty50 et a généré un rendement annuel de 20,2 % au cours de la dernière décennie, tandis que Nifty50 a affiché un rendement de 14,2 % pour la même période sur une base de rendement total. L’indice multifactoriel, basé sur l’alpha et la faible volatilité, a surperformé le Nifty50 au cours de huit des dix années jusqu’en 2020. Les actions à faible volatilité ont tendance à surperformer à long terme, car les investisseurs, sur une certaine période, paient plus des actions excitantes et plus agitées, car leur éclat s’estompe avec le temps.

Par conséquent, les actions avec une volatilité plus faible sur un horizon à plus long terme offrent des rendements plus stables. L’écart type – une mesure du risque – de l’indice Nifty Alpha Low Volatility 30 a été inférieur d’environ 2 % à celui de Nifty50 depuis sa création, ce qui rassure davantage les investisseurs à la recherche de fluctuations de performance plus faibles. L’indice Nifty Alpha Low Volatility a actuellement la plus grande pondération sur les biens de consommation (40 %), l’informatique (23 %), la pharma (16,10 %) et les produits chimiques (16,10 %). Du côté des actions, Dabur India avec une pondération de 4,59 % est la plus grande entreprise de l’indice, suivie de Mindtree (4,59 %), Hindustan Unilever (4,37 %), Colgate (4,16 %) et Britannia (3,99 % cent). En raison de la pondération plus élevée des biens de consommation dans l’indice, le multiple cours-bénéfice du Nifty Alpha-Low Volatility Indez se négocie à 39,8 fois sur une base de 12 derniers mois, tandis que Nifty50 se négocie à 26,25 fois.

Pour un investisseur cherchant à investir dans cet indice, il existe plusieurs offres sous forme d’ETF et de FOF parmi lesquelles choisir. Grâce à cette offre, les investisseurs pourront s’exposer à plusieurs facteurs via un seul produit. Ceux qui ont des comptes Demat peuvent opter pour l’option ETF tandis que ceux sans Demat peuvent opter pour l’option FOF. Pour conclure, cette stratégie multifactorielle favorisera non seulement l’appréciation du capital à long terme, mais peut également garantir que la volatilité associée est beaucoup plus faible, ce qui en fait une situation gagnant-gagnant pour un investisseur.

(Harshvardhan Roongta, CFP, est directeur général de Roongta Securities. Ses opinions sont les siennes)



Source by